Les échos & le fil @archives Yann Kerveno

Published on 3 juin 2024 |

0

Les échos #17/2024

Frelons félons et asiatiques, virus flippant qui joue allègrement à saute barrière, gps qui débloque et met le bazar dans les rangs, ananas à 30 balles pièce parce qu’il est rose, c’est le monde comme il va, parfois de travers… Les échos du lundi 3 juin 2023.

Visuel : @ archives Yann Kerveno

Pressions à l’approche des européennes

À quelques jours des élections européennes, les agriculteurs espagnols mettent la pression sur l’Union en bloquant la frontière avec la France depuis ce matin. Avec pour revendications, un meilleur contrôle des productions importées sur le territoire de l’Union, la priorité à la production locale et des baisses de taxes sur la production d’aliments. De ce côté-ci de la frontière, les agriculteurs français semblaient peu enclins à rejoindre le mouvement lundi matin. En Allemagne, malgré les reculs du gouvernement suite aux manifestations de l’hiver et du printemps, le monde agricole reste « très insatisfait », en raison notamment du simple report, au lieu de sa suppression, de la fin de la détaxation du gas-oil.

Monde agricole pris en grippe

Les parlementaires américains sont parvenus à un accord sur le Farm Bill en discussion depuis des mois et en dépit d’oppositions qui restent fortes entre démocrates et républicains. Médecins et chercheurs craignent également que, tel le diable, un relâchement du cadre d’utilisation des produits phytosanitaires, se cache dans cette nouvelle mouture. Puisqu’on parle de détail, il en est un autre qui chatouille tant la curiosité que l’inquiétude. Il s’agit du troisième cas humain recensé de grippe aviaire chez un salarié d’une exploitation laitière. Et pour la première fois, la personne concernée a développé des symptômes respiratoires.

Parallèlement, et c’est une autre première, on a appris la semaine passée que le virus avait été trouvé dans les muscles d’une vache laitière abattue parce qu’elle avait contracté la grippe aviaire. Le ministère américain de l’agriculture insiste toutefois pour rassurer les consommateurs sur la sécurité de la viande qu’ils consomment, les vaches laitières ne fournissant que 7 % de la viande bovine consommée chaque année aux États-Unis. Ce sont aujourd’hui 67 élevages laitiers qui ont été contaminés par la grippe aviaire aux États-Unis… Là-bas et en Europe se pose aujourd’hui la question de vacciner les salariés d’élevage et toute personne amenée à être en contact avec les espèces concernées. Au Brésil, et pour rester dans le thème, des chercheurs sont parvenus à extraire des séquences génétiques de virus qui parcourent encore la surface de la terre dans des restes d’hommes de Néandertal.

Des histoires de régulation

Question plaies d’Égypte, les États-Unis doivent aussi compter avec le frelon asiatique qui a été détecté pour la première fois l’an passé en Géorgie où la lutte s’organise pour tenter d’empêcher sa dissémination. Cette année promet d’ailleurs, selon les agronomes locaux, d’être particulièrement complexe dans les champs, le manque de froid intense de cet hiver ayant empêché la régulation naturelle des ravageurs des cultures. Dans le Midwest, ils sont déjà à l’œuvre sur les sojas tout juste semés… Semis d’ailleurs effectués dans de drôles de conditions météo et perturbés, en plus, par les explosions solaires. Si elles ont en effet provoqué les aurores boréales dont le monde presque entier s’est délecté, elles sont aussi à l’origine d’un dérèglement des systèmes GPS le 10 mai dernier qui a mis les engins agricoles en carafe. Et provoqué des pertes que les chercheurs ont essayé de modéliser.

Le routard de Sesame

Comme c’est bientôt l’été, peut être pensez-vous vacances, plages, sable blanc, alors vous verrez ici comment Les Maldives tentent de gagner du terrain sur la mer, et à quel prix. Si vous avez l’intention de vous ressourcer sur le chemin de Compostelle, prenez donc un peu de recul en marchant pour vous demander quel impact peuvent avoir plus de 400 000 pèlerins sur ces chemins dans les villages traversés. À moins que vous préfériez vous rendre au Costa-Rica pour déguster un ananas rose, une variété transgénique mise au point dans les labos de Fresh del Monte et appelée Pink Glow. Comptez de 11 à 39 dollars pièce.

Tags: , , ,




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top ↑