Les échos & les threads

Published on 22 mai 2020 |

0

Les échos #17-2020

La FAO cherche 110 millions de dollars (M$) de plus pour combattre la deuxième vague de criquets en Afrique. En attendant, 720 000 tonnes de céréales ont été mises de côté dans 10 pays et les besoins financiers pourraient d’élever à 450 M$ si les essaims se déplaçaient vers le Pakistan ou les régions sahéliennes. Depuis le début de la crise 130 M$ ont été collectés et la banque mondiale vient d’annoncer un plan de 500 M$ de prêts aux pays concernés par cette seconde vague – 23 pays pour l’heure. L’Afrique est aussi sous le coup de la Covid-19 dont la progression et les conséquences qu’elle pourrait avoir sur les vies et les productions agricoles inquiètent notamment le négociant de Singapour, Olam.

Puisqu’on parle de seconde vague et que c’est l’épée de Damoclès qui pèse sur les vacances des Européens, le confinement a un impact sur la manière dont nous mangeons et considérons l’alimentation. Bien qu’il soit encore difficile d’imaginer quels seront les contours du monde de demain, les experts phosphorent et certains prédisent que le retour au restaurant pourrait être influencé par le « tribalisme » terme chéri du marketing ! En attendant d’aller au resto, un concept fait son retour en force dans l’arène, celui de la toute proximité. C’est le kilomètre zéro, dans lequel nous devrions pouvoir trouver tout ce dont nous aurions besoin pour nous nourrir. À rapprocher, vous vous souvenez, de la bataille de la logistique du dernier kilomètre, la révolution annoncée, qui faisait les gros titres voici quelques dizaines de mois.


Le développement des viandes de culture, enfin des substituts, succédanées, choisissez le terme qui vous convient, fait lui toujours les gros titres. Beyond Meat profite de la désorganisation de la filière viande aux États-Unis, pour cause de Covid, pour accentuer sa diffusion. En réorientant des produits destinés à la restauration, en partie fermée, vers le commerce de détail et… Amazon Fresh, avant d’ouvrir sa propre boutique en ligne avant l’été. On nous annonce aussi du foie gras cellulaire, mais il ne sera toutefois pas forcément disponible d’ici nos prochaines agapes en famille. (Tiens, à ce propos vous avez suivi le débat de lundi organisé par la Mission Agrobiosciences et dans le cadre de la Semaine de l’agriculture de Nouvelle-Aquitaine sur l’avenir de l’élevage européen ?) Nous parlons de viande, il ne vous aura pas échappé que les abattoirs pouvaient se muer en foyers épidémiques importants, des cas sont signalés en Allemagne, aux États-Unis et en France. Libé a fait le point sur les raisons qui pourraient expliquer la naissance de ces foyers.


Dans le collimateur des associations de défense des animaux ou abolitionnistes, les abattoirs se trouvent aujourd’hui à flanc ouvert et chacun peut y découvrir les conditions, très difficiles, de travail des ouvriers. La décision de Donald Trump de maintenir les abattoirs ouverts fin mars fait beaucoup jaser aux États-Unis. De quoi relancer, comme le fait remarquer Jonathan Safran Foer, la question de la fin de la viande. « Si vous êtes sensibles aux travailleurs pauvres, à la justice sociale et au changement climatique, alors vous devez arrêter de manger de la viande » explique-t-il. Et là-bas comme ici, le prix de la viande a augmenté, voir flambé, sans que les producteurs voient la couleur de ces dollars supplémentaires. Comme en Europe.

En vrac sinon, il ne vous aura pas échappé non plus que la Commission européenne a rendu public le cadre intellectuel dans lequel elle entend couler la prochaine Politique agricole commune, que les plantes pourront bientôt vous envoyer des SMS pour vous avertir de leur stress. Notez aussi qu’en dépit du bazar, les travailleurs saisonniers devraient pouvoir rejoindre les exploitations agricoles dans lesquelles ils travaillent souvent d’année en année. L’article de Yoan Molinero publié dans Sesame cette semaine vous affranchira avec intelligence de ce qu’est le travail saisonnier. Une étude toute récente met d’ailleurs en lumière la contribution, importante, des travailleurs étrangers ou migrants en Europe au cœur de la crise du Covid.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top ↑